Retour aux sources...

Tout d’abord, il est bon de savoir que le bain de vapeur n’est pas spécifique à une seule civilisation, à une seule époque où encore un seul pays.

L’histoire de l'hydrothérapie a traversé les époques et les peuples. L’eau étant indispensable à la vie, l’être humain l’a toujours considérée comme magique et purifiante, pouvant soigner de nombreux maux.

En effet, depuis la nuit des temps les bains de vapeur sont répandus dans le monde entier grâce à ces vertus purificatrices. Les Grecs par exemple utilisaient couramment l'eau pour l'hygiène du corps, ils se lavaient avec de l'argile tout en prenant des bains de vapeur et les Romains s’illustraient par leurs Thermes et Balnéa qui furent un élément central de leurs civilisations. 

Dans les pays scandinaves et germaniques ceux-ci connaissaient et connaissent toujours un véritable engouement car ancrés dans leurs traditions culturelles et sociales depuis des temps bien lointains comme en Finlande par exemple où l’usage du sauna à des fins curatives est un havre de détente et de bien-être dans des régions où les conditions de vie sont souvent particulièrement rudes. 

Les égyptiens étaient aussi particulièrement connus pour leurs rituels de purification du corps où des défunts. On peut aussi citer le hammam qui est intimement lié à la religion musulmane qui est un rituel très important de l'hygiène corporelle quotidienne où encore la hutte à sudation des Sioux Lakotas où le Temazcal des Aztèques, des Mayas et des Zapotèques. 

En Inde, la purification (physique et spirituelle) par l'eau a toujours fait partie des habitudes quotidiennes. Au Japon, on se rend aux sources d'eau chaude entre amis ou en famille. 

En ce qui concerne la création de ce concept unique et original sur Toulouse, il provient d'un équatorien qui faisait régulièrement des bains depuis la Cordillère, (d'où l'appellation Vapeur des Andes) qui est par ailleurs réflexologue et qui fût donc gérant de cette activité de soins corporels avant que je ne décide de la reprendre à ma sortie d'école privée en tant que praticien masseur bien-être où  j'y ai validé mon diplôme fin d'année 2018 à Arnika situé sur Toulouse et ce, dans le but de vous faire partager un moment d'évasion avec l'objectif de relâcher la pression du quotidien.

 La finalité est de ressentir le lâcher-prise à travers cette formidable sensation qu'est le toucher sensoriel. 

Mon désir de transmettre du plaisir est destiné à faire profiter une clientèle variée que ce soit après une journée surchargée de travail où une récupération sportive où tout simplement une envie de prendre soin de soi. 

Ainsi je souhaite partager cette culture ancestrale et les vertus bienfaisantes qu'elle apporte au corps et à l'esprit pour le plus grand bien-être de tous.

Alexandre